Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
le Blog de GILLOU

le Blog de GILLOU

Récits sportifs, de voyages, photos de sites et de sport, etc ...

Publié le par GILLOU
Publié dans : #LINLIN revient de Bretagne : KENAVO
LINLIN revient de Bretagne : " KENAVO "

          Salut,

     Depuis des lustres je refusais à visiter la Bretagne malgré la polémique : les Bretons et leurs druides juraient sur leurs dieux qu'il n'y pleuvait jamais, que le soleil brillait plus longtemps que dans le midi et qu'on pouvait se baigner dans l'Atlantique et la Manche grâce à une eau à 30 °. Nous les " genssss " du midi avions une arme redoutable : " il pleut tout le temps en Bretagne ". Point barre ! ! ! Fermez le ban.

     Il y a fort longtemps " ma soeur " est allée en voyage de noces en Bretagne, il a plu un " crachin " sans cesse trois jours et trois nuits. Il se sont barrés et ont rayé de la carte tout ce qui était au dessus de Bordeaux, Montpellier, Avignon, le Var et les Alpes maritimes.

     Le temps est passé, je me suis souvent dit : " Faudrait que j'aille voir comment c'est ce bled, il paraît que c'est très beau. Dommage qu'il y pleut tant que ça ".

LINLIN revient de Bretagne : " KENAVO "

     Et puis un jour mon copain " la Fougasse ", né en Guadeloupe, y ayant longtemps vécu et travaillé, qui avait émigré à St Raphaël a pris un coup de folie. Il est parti en Bretagne, dans les Côtes d'Armor, plus précisément à Plaintel, l'a visitée, et a décidé d'y vivre. Très joli pays qu'il a dit, avec des vrais Bretons, qui mangent des galettes et tout et tout.

     A ce moment ma vie a basculé, il m'a harcelé nuits et jours, dimanches et jours fériés pour que " je monte" là bas, qu'il fait souvent soleil, qu'il ne pleut pas plus qu'ailleurs, que la vie n'est pas chère, et surtout que les Bretons sont supers.

     Un jour que j'étais déprimé après être arrivé dernier à la course diabolique de Contes, j'ai pété les plombs et j'ai pris un billet d'avion par internet pour Rennes du 10 au 17 Juillet. Tant pis, je me suis sacrifié. J'ai quand même pris la polaire et la veste imperméable achetées pour randonner dans le GR 20. Je n'ai pas voulu offenser mes amis en prenant les gants, le bonnet et les bottes.

LINLIN revient de Bretagne : " KENAVO "

     C'est parti pour Rennes où mes amis sont venus me chercher, puis faire 130 kms vers Plaintel, Côtes d'Armor. Le ciel est mezzo mezzo, fait pas froid, mais pas chaud. Le paysage très rural me plait. Beaucoup de maisons individuelles. Mes amis habitent ce qu'on appelle chez nous un pavillon avec jardin et ils possèdent un camping car tout confort.

     Premier jour direction l'île de Bréhat que nous visitons en randonnant sous un ciel couvert. La marée basse découvre la côte, c'est très joli. Beaucoup de touristes. 

     Le lendemain direction la " Côte de granit rose ". Tout le long, que des maisons individuelles en pierre avec un toît d'ardoise très pendu. Souvent des hortensias magnifiques embellissent les lieux. Sur quelques kilomètres nous randonnons sur un sentier en bordure de mer dont les rochers ont une légère teinte rose, c'est magnifique. Je savais que la Bretagne était très jolie ! ! !

LINLIN revient de Bretagne : " KENAVO "

     Le 14 Juillet vers 20h nous nous rendons à Quintin village pour assister à un feu d'artifice très réputé dans la région.
     L'affaire se passe sur un côté d'un petit lac tout en longueur qui permet à des milliers de spectateurs d'être bien placés. Quelques barrières pour bloquer la circulation, pas un seul policier, pas un vigile, personne pour nous empêcher de respirer.

     Le feu d'artifice est digne de ceux des grandes villes, tout le monde est enchanté, la soirée est clôturée par un bal qui envoie des airs modernes et populaires. Il y a autant de jeunes que de quinquagénaires. Pas de bousculade, pas d'emmerdeur, pas de bagarre, pourtant la buvette a du succès.

     La Bretagne est elle une région pas comme les autres. Oui ! ! ! Mon avis a basculé en peu de jours.

LINLIN revient de Bretagne : " KENAVO "

     Mon voyage étant une visite très amicale, je vous ai conté l'essentiel, sauf une petite anecdote qui m'est arrivée le lundi 17 Juillet alors que mes amis m'avaient déposé à l'aéroport de Rennes (à 130 kms) pour mon départ.
     Bisous, merci, Kenavo. A la prochaine.

     Je me dirige à la borne automatique pour retirer ma carte d'embarquement. Pas de carte. Je vais voir la Madame au comptoir d'embarquement en lui présentant ma carte d'identité. Elle m'informe que mon billet prévoit mon départ le 16 Juillet et que nous sommes le 17, donc j'ai loupé mon voyage du 16 et que le billet n'est plus valable. Hein ? Quoi quelle dit la Madame ? ? ? P . . . . c'est vrai il est vraiment daté du 16. Comme un gros con j'ai dû taper le 16 au lieu du 17 comme prévu, je n'ai pas contrôlé mon billet avant de le valider, ni après. Merde, crotte ! ! !

LINLIN revient de Bretagne : " KENAVO "

     Je demande à la Madame de me donner un billet pour aujourd'hui 17. Elle me réponds que ce n'est pas possible, à cet Aéroport il n'y a pas de Bureau d'Air France ni d'autre compagnie qui délivre des billets, il faut téléphoner. Elle me désigne un téléphone dit " de courtoisie ", gratuit. Je bondis dessus car le départ est dans environ une heure. Un répondeur m'avise que l'attente est de 10 minutes environ. Tout en gardant ce téléphone, j'utilise mon téléphone portable pour contacter un autre service qui me dit que l'attente est de 10 minutes. Me voilà avec deux téléphones sur la tronche à attendre environ une demi heure. A mon portable j'ai enfin un employé d'Air France à qui je raconte mes malheurs. Il me réponds que le vol d'aujourd'hui est complet. Je lui demande donc un vol pour demain 18. Il y a grève le 18 qu'il me dit le Monsieur. Bin donnez moi un vol le 19. OK pour le 19, je le paie par carte bleue.

LINLIN revient de Bretagne : " KENAVO "

     Je téléphone à mes amis qui sont déjà arrivés chez eux. Ils croient que c'est une blague. Finalement il reviennent me chercher à l'aéroport, encore 260 kms aller retour.

     Pendant 2 jours ils m'ont chambré.
     Finalement le 19 ils m'ont de nouveau véhiculé à l'Aéroport, re-encore 260 kms.
     Merci, Kenavo, bisous etc etc.

     Retour avec une escale à Lyon au lieu de direct.

     Résultat, la Bretagne c'est super, même si c'est un con qui la visite.

LINLIN revient de Bretagne : " KENAVO "

Voir les commentaires

Publié le par GILLOU
Publié dans : #MONACO - les 1.000 metres Hercules : les classements

Cliquez sur le lien ci-dessous

Voir les commentaires

Publié le par GILLOU
Publié dans : #CAUSSOLS - trail des sommets : l'article Nice-matin par Stéphane Giordanengo

Cliquez sur l'image pour mettre en mode grand écran

CAUSSOLS Trail des sommets 2017

CAUSSOLS Trail des sommets 2017

Voir les commentaires

Publié le par GILLOU
Publié dans : #AURON - Mountain trail - le plaisir au sommet : l'article Nice-matin
AURON Mountain trail 2017

AURON Mountain trail 2017

Voir les commentaires

Publié le par GILLOU
Publié dans : #FALICON - Corrida de Ceba : l'article Nice-matin
FALICON - Corrida de Ceba 2017

FALICON - Corrida de Ceba 2017

Voir les commentaires

Publié le par GILLOU
Publié dans : #CRO-MAGNON : l'article Nice-matin

Cliquez sur l'image pour mettre en mode grand écran

CRO-MAGNON 2017

CRO-MAGNON 2017

Voir les commentaires

Publié le par GILLOU
Publié dans : #CONTES les Foulees contoises : l'article Nice-matin

Cliquez sur l'image pour mettre en mode grand écran

CONTES - article Nice-matin 2017

CONTES - article Nice-matin 2017

Voir les commentaires

Publié le par GILLOU
Publié dans : #CONTES - les Foulées contoises : la course en direct
Bénévoles aux inscriptions

Bénévoles aux inscriptions

     Salut,

     Nous voici de nouveau à Contes après 2 ans de coupure.
     Sur place assez tôt pour ne rien perdre, j'ai retrouvé une bonne partie des bénévoles ainsi que de nombreux coureurs connus. Le parcours est annoncé comme modifié par rapport à l'ancien sans grandes précisions.
     Les installations sont à peu près les mêmes : le chronométrage assuré par le Spiridon côte d'azur, juste après la ligne de départ et arrivée, en retrait après, le podium et à sa gauche les inscriptions qui seront remplacées par le ravitaillement de fin de course.

     Gilles RONDONI, toujours " excellentissime ", informe et accueille les coureurs et leurs familles.

     De nombreux Spiridoniens sont présents, Peillon, Blausasc et les Pompiers de Contes également.

     Un soleil de plomb nous écrase, le départ étant à 17h30, c'est un peu tôt.

     

le chronométrage par le Spiridon côte d'azur

le chronométrage par le Spiridon côte d'azur

     Pour une somme modique nous payons la course, le repas et le spectacle.

     Après avoir papoté, j'ai participé aux échauffements en me traînant lamentablement.

     Avant le départ, petit laïus au sujet du circuit, des noms de quartiers, mais peu de précision sur les difficultés éventuelles.

     Top départ, une ligne droite jusqu'au deuxième pont qui traverse le torrent afin d'accéder directement au bas du village contrairement à l'ancien départ qui nous permettait de nous échauffer avant de grimper. En peu de temps nous attaquons les escaliers . . .

    Ma position est claire, sur quatre filles que je devançais, deux m'ont doublé, puis ont ramé. Donc je me retrouve de nouveau avec quatre filles à mes basques.

     Il faut peu de temps pour galérer jusqu'à la fontaine, Une descente, connue, permet de souffler, à son bas autrefois nous tournions à gauche pour utiliser une route goudronnée. Hélas droit devant un petit sentier nous attendait. Là commençait vraiment la difficulté, une interminable montée avec un dénivelé abominable, te sciait les mollets, les cuisses et tout le reste du corps. Depuis un moment j'étais seul, personne devant, personne derrière, ce n'était que le deuxième km. De nombreuses fois je me suis arrêté, plié en deux, les mains touchant quelquefois le sol, le souffle presque coupé. A plusieurs reprises mon moral a failli me lâcher, j'ai plusieurs fois pensé à l'abandon, m'asseyant une fois sur une grosse pierre pour attendre les quatre filles. Hélas c'est le serre file qui m'a rejoint qui m'a annoncé leur abandon. Merde ! Me voici encore dernier, et cette montée qui n'en finissait plus. Au bout d'un moment j'ai perdu l'envie d'abandonner malgré ma souffrance, mais ça montait sans cesse. Enfin une boucle m'a permis de récupérer un peu, l'ultime côte s'est présentée à moi, un gamin est venu à ma rencontre et m'a encouragé, ainsi que tous les bénévoles rencontrés.

     Il restait encore 5 km de descente environ. Un peu de route goudronnée, des sentiers praticables ou pas, un chien qui m'aboyait pour ne pas me laisser passer, un peu de tout mais beaucoup moins de fatigue. Dernière côte au bas du village, les bénévoles m'attendaient et m'ont suivi et précédé jusqu'à l'arrivée. Merci à tous. Dernier en 2 H 00 et des secondes. J'ai apprécié d'avoir été récompensé, j'étais épuisé.

     Le repas étant servi à table m'a permis de me reposer, mais j'étais trop fatigué pour assister au spectacle.
     Une chose est certaine, je ne referai plus cette course.

     

 

CONTES - les Foulées contoises : la course en direct

Voir les commentaires

Publié le par GILLOU
Publié dans : #CONTES - les Foulees contoises : quelques photos

Pour accéder à l'album cliquez sur le lien ci-dessous, pour mettre en mode diaporama cliquez sur les 3 petits points en haut et à droite, puis sur " diaporama "

Voir les commentaires

Publié le par GILLOU
Publié dans : #CONTES - les foulées contoises : le circuit et le dénivelé par G.P.S.
Contes le circuit et le dénivelé par G.P.S. 2017
Contes le circuit et le dénivelé par G.P.S. 2017

Contes le circuit et le dénivelé par G.P.S. 2017

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>

Catégories

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog