Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
le Blog de GILLOU

le Blog de GILLOU

Récits sportifs, de voyages, photos de sites et de sport, etc ...

Publié le par GILLOU
AUSTRALIE - Tasmanie - de Kingston à Triabunna remontée Sud Est : 24 photos
AUSTRALIE - Tasmanie - de Kingston à Triabunna remontée Sud Est : 24 photos

     Partis de Kingston (sous Hobart) , avec de gros problèmes d'électricité, eau et réfrigérateur, nous faisons une halte dans un camping mal entretenu à presque l'extrême sud de l'île, Southport. Un coup d'oeil rapide en bord de mer et nous nous retranchons au bar pour user de la Wi Fi. Au départ nous faisons un crochet pour visiter des grottes, mais la route en terre trop longue nous est interdite.

     Visite de l'île de Bruny island, camping gratuit. Nous sommes en panne de tout. Le coin est joli, mais uniquement la mer et le sable blanc fin.

     Départ pour Kingston pour solutionner nos problèmes, je pénètre sur l'aire d'une station et accroche un gros piquet métallique servant à protéger les pompes. C'était l'angle mort gauche du Van. Ca va me coûter cher pour les dégâts. Le boss de la station nous indique un mécanicien. Le mécanicien nous indique un électricien auto qui nous trouve la panne, ouf ! Ce dernier m'indique un tôlier afin de nous faire un devis et des photos de nos dégâts. C'est fait sans délai pour les transmettre dès que possible à notre loueur.

     C'est parti à '' Eaglehawk Neck '', île jointe grâce à un pont. Un village de proscrits datant des débuts de la colonisation.

     Visite de '' Tessellated Pavement '', des rochers en bord de mer plats et rainurés depuis des siècles.

     Départ pour Maria Island en remontant vers le nord le long de la mer de Tasman.
     Sur la route, sur une route étroite sinueuse, je touche très légèrement, encore, à l'avant gauche, une barrière.
     Mon gros défaut, c'est de discuter en conduisant souvent, regarder le paysage et le G.P.S.

     Nous faisons une halte à Orford dans un camping gratuit et faisons un barbecue (électrique) implanté par la municipalité pour manger au crépuscule, juste devant la mer.

     Aujourd'hui 16 Février, à  8 Kms environ nous campons dans un vrai camping, à proximité de l'île '' Maria islande ''. Nous en profitons pour faire le grand ménage. Cet après midi si la pluie n'est pas de sortie, nous ferons un tour à l'île précitée.

     Dans la foulée j'ai oublié de vous dire que nous n'avons pas oublié de manger Thaïlandais, ainsi qu'une authentique salade '' Cesar ''.

     Veuillez trouver ci-dessous le lien pour 23 Photos de Michèle.

     

AUSTRALIE - Tasmanie - de Kingston à Triabunna remontée Sud Est : 24 photos
AUSTRALIE - Tasmanie - de Kingston à Triabunna remontée Sud Est : 24 photos

Voir les commentaires

     Wi Fi de merde, sac de noeuds dans les dates et lieux, nous voici tout près de la Mer de Tasmanie.

     Je repars presque à zéro au départ de Stanley.

     Départ le 10 en direction de Cradle Mountain, site de montagne très réputé. Hélas la pluie ne nous a pas lâchés. Un café nous a permis de voir un wombat (genre de marsupial) qui broutait tranquilou.
     Départ pour Macquarie Harbour, rencontre de la Gordon River et de l'Océan.

    Long kilométrage entouré de forêts. La route est constamment sinueuse, en monta cala. Le pire est arrivé, presque en traître, fini le goudron, une piste en terre, bonne mais en terre quand même. La pluie qui continue ne permet pas l'adhérence habituelle. Minimum 25 bornes dans ces conditions.
     Nous croyons notre petite galère finie, que nenni. Fin de la route, deux pistes à droite et à gauche et une rivière de plus de 100 mètres de large. Un bac à moteur semble nous attendre pour nous sauver en nous faisant traverser pour une vingtaine de $.

     Encore un effort pour traverser Zeehan et joindre Strahan, petite ville qui borde la Gordon River.

     Nous mangeons un très mauvais fish and chips avant de dormir sur un parking.

     Le 11 Février, prenons 2 billets pur naviguer tout au long du Macquarie Harbour, lieu de rencontre de la Gordon River et de l'océan. Navigation périlleuse pour les non avertis, qui a fait de nombreuses victimes au début de la colonisation. Ce genre de lac tout en longueur passe du calme à la tempête, il est bordé de forêts denses et de mini cascades. On y voit des installations de pisciculture.
     Etant '' cassé '' par le décalage horaire et la conduite épuisante, j'ai laissé Michèle approfondir sa visite pour faire une petite sieste.

     Pluie tout le long, nous avons fini la journée pour rejoindre Queenstown où nous avons fait une halte au camping.  4 Français faisaient leur popote (sans plus).

     12 Février, départ de Queenstown, au bout de 3 à 4 Kms Michèle visite la Cascade '' Horsetail Falls Track '' et ramène de jolies photos, puis plusieurs lacs de montagne.

     Petite sieste au bord d'un lac. Nous sommes sévèrement secoués par un vent de folie, suivi de la grêle.

     Longue traversée '' ouest est '' pour atteindre Hobart la capitale de la Tasmanie. Pas de camping. Nous posons nos guêtres à Kingston plus au sud, au bord d'une baie magnifique.
    Ce matin, 13 Février, quittons Kingston direction plein sud à Southport . Demain nous approfondirons la visite. Pour le moment nous mettons de l'ordre dans nos ordis. La Wi Fi est difficile.

     J'espère vous expédier les nombreuses photos prises par Michèle, car je suis resté très souvent au volant. Pour l'instant elles seront sur Facebook.

 

Voir les commentaires

Publié le par GILLOU

Photos de Stanley

Cliquez sur le lien ci-dessous :

Voir les commentaires

Publié le par GILLOU

               Salut à tous, ou presque,

     6 & 7 Février : Long voyage par Emirates A 380.

     Nice DubaÏ en 6 heures.

     Escale à Dubaï d'environ 3 heures.

     Vol direct de Dubai à Melbourne (Australie) de 12 heures environ.

     Arrivée le 7 à 23h30. Nous sommes pressés de rejoindre notre chambre car le propriétaire nous attendait jusqu'à 1 h du matin. Un bagage arrive en retard. Slalom et course au bus et taxi. Finalement nous arrivons le 8 à presque 2h du matin.

     A 9 h 39 notre hôte nous conduit à la société qui nous loue le Campervan.

     2 heures de prise en charge et de rangement, nous partons pour le supermarché faire les provisions sauf les fruits et légumes et autres qui sont interdits au passage en Tasmanie malgré qu'elle fait partie de l'Australie.
     En attendant l'embarquement dans le ferry nous voulons profiter pour visiter un jardin botanique. Hélas le GPS nous fait faire presque 30 Kms pour rien et autant pour le retour.
    Nous changeons de programme, une bonne sieste sur un parking du Port en attendant le départ pour Devonport.
     Dans le ferry excellent repas varié et à volonté pour 22 $ soit 14 €.

     Dodo dans une cabine, les hommes sont séparés des femmes, sauf si c'est un couple seul.

     Arrivée à Devonport vers 7 h 00, direction Stanley après un arrêt à Bernie pour compléter nos achats.
     Il pleut pratiquement sans arrêt jusqu'à Stanley.
     Le camping est top.

     Premier repas au resto où nous prenons notre premier '' fish and chips ''.

     Vers 15 h, première randonnée sur le '' Nut '' ou '' l'Ecrou '', énorme rocher qui surplombe la ville et la mer.

     L'accès au sommet se fait par un télésiège ou à pied sur une piste goudronnée avec un dénivelé monstrueux. Une randonnée en forme d'ellipse permet d'avoir une vision à 360° sur le cap, sur la mer et ses plages magnifiques.

     Très grosse surprise, une vision très imprévisible, la vue de 3 kangourooooooouuuuu de taille moyenne qui ne se sont pas enfuis. On a pu les photographier de prés ou au zoom.

     A la fin de la rando nous nous sommes rendus au pied du  '' Nut '' pour repérer les lieux où des pingouins étaient susceptibles d'être vus vers 22 h 00. Hélas une information nous disait que ce n'était pas la saison. Par contre nous avons encore pu voir trois Kangourous, toujours de petite taille, mais en chair et en os.

     Retour au Van pour une sieste très méritée de plus de 2  heures. C'est probablement le décalage qui en est la cause.

     Vers 21 H  repas frugal, mais Michèle fait la connaissance d'une Italienne et de 2 Chiliens.
     Rideau presque 23 h 50.

     Une trentaine de photos est en cours de route. Dès que le chargement sera terminé j'afficherai le lien.

Voir les commentaires

Publié le par GILLOU

Cliquez sur les images pour les agrandir

Statue de Stevenson à Bouchet Saint Nicolas

Statue de Stevenson à Bouchet Saint Nicolas

      Départ de Bouchet Saint Nicolas vers Pradelles : 21 kms  
     Je traverse le village et m’attarde devant la statue de Stevenson.
     D’après les infos des randonneurs, cette étape est relativement plate. Ouais super !
     Effectivement la piste en terre est plate, de part et d’autre des champs déjà fauchés. Au loin des petits volcans me rappellent dans quelle région je suis.
     Je mouline bien, fait claquer les bâtons, un couple d'Australiens me suit, un autre de Français un peu plus loin.
     C’est encore raplapla, mal signalé, mais ça va. Un peu de cailloux de temps en temps.
Gite '' la Retirade '' à Bouchet Saint Nicolas

Gite '' la Retirade '' à Bouchet Saint Nicolas

     D’un coup je bute sur une caillasse et m’étale comme une merde en poussant un cri de détresse. Le sac à dos me gêne pour me relever. Heureusement mes poursuivants m’aident. Petites égratignures au coude et au genou.
     Je me relève, un peu pantois, et repars de plus belle.
     Traversée du village LANDOS, je continue pendant que les autres s’arrêtent pour acheter de quoi manger. J’avais acheté un repas froid au gite.
     Encore du plat, je me trouve en face d’une route goudronnée, à gauche un petit chemin, à droite une piste en terre légèrement montante. Pas de signalisation, il reste à gauche ou à droite. Je vire à droite et doit faire 300 mètres pour avoir confirmation de mon bon choix.
champs à Bouchet Saint Nicolas

champs à Bouchet Saint Nicolas

     Encore des champs, traversée en bordure d’un village dont le nom n’est pas mentionné. Un peu de monta cala.
     Disons que c’est de plus en plus valloné. Je traverse ‘' un lieu dit '' ARQUEJOLS, la route descend et traverse un vallon et sa rivière surplombés par un viaduc de 42 mètres de haut. Des touristes circulent sur la voie désaffectée en pédalant sur des chariots.
     Là commence ‘’ l’escalade ‘’ qui n’en finit plus, un gros dénivelé. A chaque fin de colline abrupte, une autre se présente. C’est sans fin. J’en profite pour m’arrêter et me sustenter.
     J’ai les pieds en compote, les plantes, les chevilles, je n’ose pas quitter les chaussures de crainte de ne plus pouvoir les remettre. Mes poursuivants me suggèrent de les enlever. Effectivement je les fais ‘' respirer ‘’. 
Chemin de Stevenson - de Bouchet Saint Nicolas à Pradelles - 3ème et dernière étape - 21 Septembre 2018
     Pas de vache, de dindon, de ti zozio. Rien, il faut juste marcher.
     15 à 20 minutes d’arrêt, il faut continuer. Je suis très fatigué. Il était prévu que je déciderai de prendre la décision de continuer ou pas.
     La reprise est dure, je ne peux que continuer vers Pradelles. Au fur et à mesure, l’idée de mettre fin à ce voyage m’envahit.
     Une longue descente très caillouteuse me ‘’ détruit '' les jambes. Bien qu’elle mène au village, la fatigue prend le dessus sur ma volonté de continuer. 
Chemin de Stevenson - de Bouchet Saint Nicolas à Pradelles - 3ème et dernière étape - 21 Septembre 2018
     L’entrée dans le village et ma décision me remontent le moral. Il est 15 h environ.
     Je prends possession de ma chambre dans le gite réservé et téléphone à la ‘’ Malle postale ‘’ pour lui demander quand la navette passera à Pradelles le lendemain. La réponse ne me convient pas, 16 h 00. Je ne me vois pas rester un jour pour repartir. Je rappelle pour demander si il y avait une navette dans les heures à venir, coup de bol, il restait une place.
     Je peux partir vers 17 h00, je serai à Puy en Velay vers 18h00.
Viaduc à Arquejoks

Viaduc à Arquejoks

     Au Puy, le conducteur m’a déposé devant le gite ‘’ les Capucins. Je récupère la ‘’ Clio ‘’ et décide de passer la nuit au gite car je ne me vois pas conduire de nuit.
     Vers 20 h je descends pour manger. J’ai des difficultés à marcher correctement. Heureusement à 2 ou 300 mètres je trouve un resto asiatique, nems, riz et une demi bouteille de rosé.
     Retour pour dormir à 21h00, réveillé à 8h00, si on compte bien 11 h de repos.
     Le lendemain je marche comme un canard pour prendre à 10 mètres le petit déjeuner.
     Retour à Nice tranquillou dans ma Clio.
     Pas de regret, j’ai pris une décision raisonnable. Une fois de plus je me rends compte que j’ai plus de 77 ans.
ultime montée

ultime montée

Voir les commentaires

Publié le par GILLOU
Publié dans : #Chemin de STEVENSON : Photos par Georges HUYGHE et Gillou

Cet album a été crée avec des photos prises par Georges HUYGHE pendant son séjour du Printemps dernier et les miennes faites début Septembre récemment :

Cliquez sur le lien ci-dessous

Voir les commentaires

Publié le par GILLOU
Publié dans : #Chemin de Stevenson - de Monastier sur Gazeille à Bouchet Saint Nicolas
le Loire à Goudet
le Loire à Goudet
le Loire à Goudet

le Loire à Goudet

          Arrivée à Monastier sur Gazeille
     L’ultime côte n’en finit plus, je marche tête baissée et j’ai failli louper un petit panneau jaune indiquant mon gite ‘'Montcalme ‘’ pas loin de l’entrée de ‘’ Monastier sur Gazeille ‘’.
     Une grande demeure dont j’occupe seul l’entresol : 2 grandes chambres et une cuisine idem.
     Etant arrivé très fatigué vers 15h, je me repose au lit pendant 2 heures.
     C’est un couple sexagénaire qui me reçoit et avec qui je mange à 19h30.
     La Wi Fi ne fonctionnant pas je me mets au lit à 21 h 00.
     Lever à 7h00, petit dej royal. Le propriétaire a insisté pour m'accompagner en voiture au départ en traversant le village.
     Bienvenue ! D’entrée une côte sévère, il y en a pour une demi heure en zigzaguant entre les cailloux dans la forêt.                                    Tout ça me mène sur un espèce de plateau à vaches. De temps en temps des fermes ou maisons, on n’entend que les chiens quand il y en a. Toutes les constructions, maisons et murs d'enceinte sont en pierres volcaniques rugueuses presque noires.
Chemin de Stevenson - de Monastier sur Gazeille à Bouchet Saint Nicolas
Chemin de Stevenson - de Monastier sur Gazeille à Bouchet Saint Nicolas
     Premier village, Saint Martin de Fugères à 8 kms  Un panneau à l’entrée porte les barrettes rouge et blanche croisées qui veulent dire qu’il ne faut pas continuer. Quelques mètres à l’entrée d’un chemin à droite, sans indication autre que les mêmes barrettes, mais parallèles m’indiquent vers où je dois continuer mon chemin. La descente est douce puis bien pendue, avec des cailloux, sur presque 2 kms. Arrivé au bas il y a une route en terre et mon sens de l'orientation me dit que la direction en mauvaise, voire en sens inverse. Il y a deux 4 X 4 dont les conducteurs discutent. L’un deux a tué un sanglier et son copain l’a aidé à le tracter depuis les fourés puis pour le mettre à l’arrière de son véhicule.
     J’en profite pour leur demander où est le chemin de Stevenson. L’un deux natif du hameau proche m’affirme que je suis dans le mauvais sens, il insiste car je lui montre la signalisation rouge et blanche. Je me laisse convaincre quand il me propose  de me ramener au village de Saint Martin de Fugères où il m’indique le bon chemin du GR 70. En réalité l'erreur venait de ce que le GR 3 avait les mêmes couleurs que le précédent et n'était pas mentionné.     
Chemin de Stevenson - de Monastier sur Gazeille à Bouchet Saint Nicolas
Chemin de Stevenson - de Monastier sur Gazeille à Bouchet Saint Nicolas
     Très contrarié par ce temps perdu et la fatigue je décide de joindre le village Bouchet Saint Nicolas en auto stop.
     Le premier automobiliste me descend au village de Goudet où j’ai pu voir la Loire qui prend sa source pas trop loin, et le château de Beaufort perché sur un colline. Le second est un autostoppeur qui venait à cet endroit pour récupérer son camping car. Le troisième m’a laissé à 3 kms de ma destination et une femme m’a déposé devant le gite où je suis arrivé bien en avance.
     Quand même fatigué j’ai fait la sieste puis j’ai tripoté l’ordi dont la Wi fi fonctionnait. Pour utiliser le portable il fallait se déplacer près de l’église afin d'avoir le réseau. Pas envie de visiter le village.
     Une jeune femme s’occupe des lieux avec une assistante.
     Bon repas du soir, idem pour le petit dej en self service.
     Demain, direction Pradelles 21 kms    
Forêt - Château de Beaufort
Forêt - Château de Beaufort

Forêt - Château de Beaufort

Voir les commentaires

Publié le par GILLOU
Publié dans : #Chemin de STEVENSON : Quelques photos

Cliquez sur le lien ci-dessous, puis cliquez sur les 3 petits points en haut et à droite de la page, puis cliquez sur '' Diaporama ''

Voir les commentaires

Publié le par GILLOU
Chemin de Stevenson - du 18 au 21 Septembre
Chemin de Stevenson - du 18 au 21 Septembre

     Alors Gillou, déjà de retour ?

     Ouais, pas déçu, mais encore une leçon de vie, la vieillesse est inexorable quelle que soit ta volonté. Pourtant la course à pied m’a déjà donné une dure leçon.
     Voici mon morceau du chemin de Stevenson débuté mardi 18 Septembre en arrivant au Puy en Velay, Haute Loire vers16h au gite des Capucins.
     Mal barré, la Wi Fi ne fonctionne pas ou presque, ce qui serait sensé être le cordon ombilical avec mon blog et le site du Spiridon côte d’azur, ça m’énerve..
     Un arrêt dans une brasserie, une ‘’ pression ‘’ et la Wi Fi, juste pour meffre le ‘’ courant ‘'
     Visite pour voir le centre ville. C’est une population ‘' jeune ‘’. Des devantures de magasins ou d’immeuble sont décorées, je ne m’attarderai pas, je dois me lever à 6h15 demain. Mais la ‘’ haute ville ‘’ comme ils écrivent semble intéressante à visiter.
     En bon couillon je pense aux trail urbains. Tu veux du Mounta cala ? Y’en a ! Le premier qui arrivera à la Sainte Vierge sera le gagnant. Les ruelles sont sans trottoir, des pavés ou des gros galets tapissent le sol. Les nombreux volcans ont fourni les matériaux, de nombreux monuments ou immeubles ont été construits avec, Mairie, cathédrale, château, chapelles et autres monuments. Bref !
     Vers 20h00 je vais Place du Plot à côté d’une fontaine avec l’intention de manger une pizza. Je n’en mange que la moitié et me permets de dire à la serveuse : ‘’ le cuisinier devrait aller à Nice ou en Italie apprendre.’’ Elle me répond : ‘’ on lui a déjà dit ‘'. Ha bon, vérité avouée, à moitié pardonnée !
     Allez, au dodo, je donne à garder ma ‘’ Clio ‘’, 5 € par jour et dépose le gros sac de 10 Kgs qui sera transporté à mon arrivée au gite prochain.
Le Puy en Velay
Le Puy en Velay

Le Puy en Velay

     Réveil, petit dej’, sac à dos de 5 Kgs, bâtons, petit appareil photos, casquette et chaussures de randonnée neuves.
     Les chemins de Stevenson et Compostelle sont très connus ici, sauf par les couillons qui ne connaissent que la boulangerie la plus proche, et encore.
     Une forte montée nous amène au vrai départ. 
     P . . . . c’est pas possible ! Ils ont fait exprès. C’est ça la bienvenue ? J’ai pas fait 10 mètres que j'ai envie de pisser. La ceinture se déglingue, j’arrive à la réparer, sinon c’était la cata sans short.
     Puy en Velay étant dans une cuvette, pour accéder aux villages et petites villes il faut pratiquer le monta cala, c’est comme un trail mais avec un sac.
     J’ai tout de suite constaté que le balisage rouge et blanc laissait à désirer, c’est à dire que lorsqu’on doit choisir un sentier à une intersection il faut un balisage clair net et précis avant l’intersection, puis un autre tout de suite après avoir emprunté le nouvel itinéraire. Hélas souvent il fallait s’arrêter pour repérer ces balisages, ou bien c’est après 15 ou 20 mètres qu’on les aperçoit, voir bien plus loin. Très énervant ! Par la suite j’ai remarqué que des randonneurs s’arrêtaient pour consulter le ‘’ topoguide ‘’ qu’ils avaient sans cesse à la main. Personnellement j’ai randonné de Nice à la Colmiane sans. bouquin, sans temps perdu, sans erreur d’aiguillage. 
la Vierge à Le Puy en Velay - la Loire à Coubon
la Vierge à Le Puy en Velay - la Loire à Coubon

la Vierge à Le Puy en Velay - la Loire à Coubon

     Après une longue escalade en forêt sur une piste caillouteuse, en zig et en zag, j’arrive sur un plateau à vaches laitières, des champs de maïs déjà ramassés.
     Première cagade à une intersection, j’ai le choix de continuer tout droit sur un chemin pas trop clair, à gauche un pré ou à droite une large piste empruntée par des engins agricoles. Aucune trace de balisage, j’opte pour le chemin devant moi et je suis avalé par une forêt qui descend fortement, sans balisage, j’insiste, ce qui ne faut jamais faire. En cas de mauvaise chute il n’y aurait que les sangliers pour m’aider. Heureusement une route goudronnée me coupe le chemin. Ayant quand même un bon sens d’orientation, je remonte à droite cette route et je retrouve le chemin balisé. Temps perdu 10 à 15 minutes max. C’est un premier avertissement
     Nous sommes dans une région agricole essentiellement rurale. J’adore !
     De rares randonneurs me dépassent, je reste seul.
     En réfléchissant, je crains d’arriver trop tard à ma destination : Monastier-sur-Gazeille à 19,4 kms . Je n’ai pas peur d’être seul, mais l’absence de compagnie m’incite à mouliner du mieux possible.
     Le problème, c’est prendre des photos des paysages, des hameaux, des rivières, etc. Il faut s’arrêter, poser les bâtons, prendre l’appareil dans sa house. Je regarde un peu trop la montre, ce qui ne m’empêche pas d’admirer le paysage, les fermes, les animaux et là où je marche, où je vais, . . .
Chemin de Stevenson - du 18 au 21 Septembre
Chemin de Stevenson - du 18 au 21 Septembre

Voir les commentaires

Publié le par GILLOU
Publié dans : #LETTRE OUVERTE à . . . .

LETTRE OUVERTE à . . .

 

‘' LETTRE OUVERTE '' à Messieurs les organisateurs de courses à pied, à cheval, à dindons . . .

     Je viens vous harceler, remercier, supplier, etc etc . . .
     Je suis coureur à pied, 886 courses, je connais la musique, j’ai été bénévole en tous genres, je tiens un blog en partie sur les courses sur route, trails, marches en tous genres, nordiques, japonaises, polonaises, . . . etc etc
     Je me présente en tant qu’ ’’ avocat '' des sportifs à un moment que vous adorez,  l’après course, c’est fini, on ne vous cassera plus les burettes.
     Hélas NON ! Les sportifs en veulent encore de vous, ils veulent voir, savoir, comparer, . . . . les classements ! ! ! Je dirai même qu’en rentrant chez eux ils en veulent encore, et le lendemain encore ils épluchent ces classements : le général, par catégories, la moyenne horaire, ils veulent bouffer du classement tranquillement, savoir combien a fait Duchnok, et combien il a mis l’an passé, il y a 2 ans, contrôler. Ils en parlent avec leur famille, leurs amis, au boulot. Qui plus est s'ils appartiennent à une association ou club qui font des classements internes, Ils tiennent à jour un cahier ou une page sur l’ordinateur.
     Non ce ne sont pas des malades, c’est comme ça pour la majorité des coureurs. Il y en a qui aiment jouer du pipo, le patin à roulettes ou s'écarter les doigts de pieds devant la télé.
     Alors, de grâce, donnez leur la dernière satisfaction. Ne vous contentez pas d’afficher contre un platane une ou plusieurs feuilles devant lesquelles il y aura presque une bousculade. Finalement il y aura peu d’ élus, car les premiers arrivés resteront plantés devant le ‘’ platane ‘’ comme devant le ‘’ Mur des lamentations ‘’.
     Donc il y aura une après après course, la pêche sur internet, sur Face de bouc et ailleurs . Ha le supplice. Non la plupart des pêcheurs ne veulent pas attendre 1 jour, 2 jours ou 8 jours, ou jamais, ces classements. Quand ou fait un boulot, même bénévolement, on fait ce boulot jusqu’au bout.
     Informez où on pourra les consulter. Alors envoyez ‘’ la sauce ‘’, affichez les ces résultats, MERDE ! ! !
     Je terminerai par les photos, pareil. On voit partout des photographes professionnels, amateurs, bénévoles, clandestins. Et bien c’est le même topo. Il est extrêmement difficile de voir, revoir ou copier ces photos, bon, que les professionnels veuillent protéger leur ‘’ beefsteak ‘’ je le comprends, mais les autres . . .
     Depuis 24 heures j’essaie de pêcher 2 classements ‘’ trails ‘’, que dale, rien nulle part. Idem pour des photos prises hier.
     Ne vous cassez pas les méninges pour expliquer que …, s’excuser que …, que la belle mère est malade …, on s’en fout royalement, soyez ‘’ pros '' même si vous êtes '' amateur ''.
     Allez ! Bonne journée, ou vous aime bien, mais on aimerai vous adorer !

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog